Le diagnostic

Le diagnostic repose principalement sur l’interrogatoire, l’examen neurologique et l’IRM.

Le neurologue retrace l’historique des symptômes et examine le patient afin d’avoir des signes objectifs de ces troubles. Actuellement, le diagnostic repose sur l’examen clinique et le résultat de l’IRM cérébrale et /ou de la moelle épinière. La plupart du temps, l’IRM interprétée en fonction de l’histoire clinique permet un diagnostic. Il est souvent nécessaire de réaliser une ponction lombaire afin d’affirmer l’inflammation dans le liquide céphalo-rachidien et d’éliminer d’autres maladies notamment infectieuses.

C’est parfois le temps et la succession des poussées ou l’évolution du handicap dans le temps qui permet d’affirmer complètement le diagnostic.

Le diagnostic repose toujours sur un faisceau d’arguments. Le neurologue s’entoure également de précautions afin d’éliminer d’autres causes possibles d’inflammation, notamment par différentes prises de sang et par la ponction lombaire.