Coordination des flashs de corticoïdes à domicile

La Sclérose en Plaques (SEP) est une maladie chronique inflammatoire du système nerveux central évoluant par poussées.
Quand les poussées surviennent, celles-ci peuvent être traitées par de la cortisone administrée par perfusion.

Le protocole de perfusion de corticoïdes mis en place par le Réseau Rhône-Alpes SEP s’appuie sur celui pratiqué dans le service neurologique de l’hôpital de Bron, et se présente sous la forme de flashs de corticoïdes à forte dose, à savoir le plus souvent 1g de Solumédrol sur trois jours.
Ce protocole réalisé au domicile a été  mis en place en avril 2010, dans le souci d’éviter l’hospitalisation du patient.
L’injection de corticoïdes à forte dose a pour objectif d’accélérer la récupération des symptômes de la poussée.
Cependant pour bénéficier de cette cure à domicile il faut que le patient ait déjà eu des perfusions à l’hôpital et soit doté d’un bon capital veineux.

L’organisation des flashs à domicile est réalisée à la demande  du neurologue (de ville ou hospitalier) du patient bénéficiaire : il adresse une demande au Réseau Rhône-Alpes SEP qui sera prise en charge par l’infirmière.
Selon la prescription médicale, la cure à domicile peut varier de trois à neuf jours.
Les perfusions à domicile ne peuvent être réalisées que si le bilan biologique (NFS, plaquettes, CRP, Ionogramme et glycémie) ainsi qu’un examen cytobactériologique des urines (ECBU) ont des valeurs comprises dans les normes et validées par le neurologue.

Les perfusions à domicile offrent au patient un réel confort, en lui évitant une hospitalisation.
Il ne faut pas oublier que la SEP touche des sujets jeunes, qui ont une activité professionnelle, et parfois des enfants en bas âge.
C’est donc tout d’abord d’un point de vue organisationnel que ce protocole constitue une réelle avancée pour eux.
Leurs hospitalisations régulières impliquaient des arrêts maladies à répétition.
A présent, ils peuvent recevoir leurs injections de corticoïdes au cours d’un week-end.
Le bénéfice est aussi d’ordre psychologique car il est plus confortable de réaliser ces perfusions chez soi.
Le temps de perfusion étant relativement court, quatre à cinq heures maximum, le reste du temps le patient est libre.

Lors de la mise en place de ce protocole, nous avons par ailleurs étudié quel était le matériel le mieux adapté aux besoins des patients.
Nous avons naturellement adopté le dispositif de diffuseurs portables, afin d’optimiser leur mobilité et leur autonomie.

Aujourd’hui, nous comptons beaucoup sur les prestataires comme partenaires pour être le relais entre le Réseau, l’infirmière libérale et le patient.
Nous travaillons en étroite collaboration et attendons d’eux qu’ils remplissent leur rôle auprès des infirmières libérales en leur apportant l’information et le soutien nécessaires.

Le Réseau reste disponible pour répondre aux difficultés éventuelles qui pourraient se poser au domicile du patient, et travaillons dans un perpétuel objectif d’amélioration.
Ainsi nous avons très tôt mis en place un système de fiches d’évaluation que le patient remplit au domicile, pour faciliter la remontée d’informations.
Nous avons par ailleurs récemment décidé de revoir nos ordonnances en choisissant de prescrire des dispositifs plus adaptés, pour améliorer à la fois le confort des patients, et celui des professionnels de santé qui pratiquent la perfusion.

Quelques chiffres : en 2011, 163 flashs ont été réalisés, en 2012, 230 flashs, nous ne pouvons que constater le succès de cette initiative.

Plaquette d'information sur les flashs de corticoïdes à domicile

Plaquette Flash à domicile Format PDF (1,52 Mo)