Quelle chance de rester en forme rémittente toute la vie même si la maladie est très active en terme de fréquence des poussées ?

Il est difficile d’estimer ce risque mais, en tout cas, cela est possible. Comme nous l’avons dit dans la question précédente, le risque de progression n’est pas corrélé à la fréquence des poussées. L’évolution en phase secondairement progressive n’est pas systématique non plus. En revanche, une fréquence de poussée élevée expose aux risques de séquelles qui ne sont pas forcément synonymes de progression.

Posted in: L'évolution de la maladie