Quelle information donne mon corps à mon entourage professionnel ? Suis-je crédible avec une canne face à un client ?

Les mécanismes qui régissent « la communication » entre deux êtres vivants sont multiples, complexes et encore mal définis. Pour tenter de décrire au mieux ces mécanismes nous différencions souvent la communication verbale, de la communication non verbale.
Dans nos interactions interpersonnelles, nous accordons principalement de l’attention à la communication verbale, hors celle-ci ne constituerait qu’environ 10% du message que nous tentons de faire passer lorsque nous nous adressons à l’autre. Les 90% restant seraient liés à la communication non verbale.
La communication non verbale est généralement définie par la gestuelle, la posture, les mimiques faciales, le paraverbal (ton de la voix, volume, vitesse d’élocution…etc.), et  les émotions.
Dans une situation de communication, plus les messages verbaux et non-verbaux que l’on renvois concordent entre eux, plus le message est clair et cohérent, et plus l’on augmente nos chances que l’autre comprenne et adhère à notre propos.

Bien que l’apparence soit un facteur qui entre en ligne de compte dans nos interactions (elle est principalement décryptée par l’autre en fonction des codes sociaux d’un pays donné, et par conséquent varie fortement d’une culture à l’autre), la majeure partie du message que nous faisons parvenir à l’autre semble avant tout liée à la manière dont nous habitons notre corps, nos intentions et nos émotions.
Ainsi, si l’on souhaite communiquer efficacement avec l’autre et lui apparaître positif, il s’agit tout d’abord d’être en cohérence avec soi-même et avec ce que l’on dit.
Il semble donc que la meilleure manière d’ « être crédible avec une canne en situation professionnelle », si nous prenons cet exemple, soit d’abord de travailler soit même à être le plus à l’aise possible à l’idée de se déplacer avec cette canne et de devoir l’intégrée dans son quotidien.
A titre d’exemple, certains personnages célèbres sont indissociables de la canne qu’ils tenaient.

Posted in: Psychologie